©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Introduction au post-traitement de photo

Le post-traitement, bien que de plus en plus utilisé, reste un sujet à discorde. Doit-on en faire usage ? Dans quel mesure ? Est-ce un élément de l’art photographique ? Je n’entends pas répondre à ces questions tant les réponses sont nombreuses et les points de vue uniques. Pour ce premier billet de la catégorie post-traitement, je me contenterai de faire un état des lieux des approches et d’exposer le contenu que l’on trouvera dans cette rubrique.

Contrairement à une idée admise et largement relayée par les médias, post-traitement ne signifie pas nécessairement activité de publicitaire consistant à offrir à tout modèle une peau impeccable, des dents brillantes, bref une apparence quasi-parfaite. Il s’agit là d’une application extrême du post-traitement dont l’utilisation nécessite à la fois des connaissances avancées en retouche, mais aussi de nombreuses heures de travail. Pour un post-traitement, on peut se contenter d’ajuster le contraste et la saturation, de corriger les aberrations de votre appareil ou encore d’améliorer les couleurs. Enfin, on peut choisir de photographier en JPG (dont il faut savoir que les algorithmes appliquent des transformations) et de ne pas pratiquer de post-traitement.

Certains attendent de la photographie de représenter la réalité et n’accepte aucune retouche. D’autres, au contraire, ont une approche plus artistique de la photographie pour laquelle le post-traitement est une étape essentielle à la création. Pour ma part, il me semble difficile d’attendre de la photographie la stricte vérité, simplement car les technologies mises en œuvre apportent elles-mêmes des transformations : aberrations chromatiques, déformations, ... Pour autant, le post-traitement ne doit pas dénaturer de trop la scène originale. Je l’utilise comme un outil, une aide, permettant de retranscrire au mieux les impressions vécues devant une scène, le tout sans déformer l’original. C’est dans cet esprit que nous aborderons ici le post-traitement, comme le successeur des différentes techniques de développement de l’argentique.

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Discussions
5 avis pour “Introduction au post-traitement de photo”
  1. rien à dire .. => http://www.gizmodo.fr/2010/09/30/on-a-vole-sur-la-lune.html

    Par Serge le Belge | jeudi 30 septembre, 10:08
  2. Beau shot !

    Par contre je suis intrigué par l'auteur.

    L'auteur de cette photo se prénomme Chris, fait de la photo astronomique, est Australien et habite dans le South-East Queensland.

    Mon tuteur de stage se prénomme Chris, il fait de la photographie astronomique, est Australien et habite dans le South-East Queensland... et entre nous part assez souvent avant l'heure de fin Super smile

    Je le pensais Nikoniste par contre. Je vais lui en causer deux mots demain. Rigole

    Edit: Ah non ce n'est pas le même, après vérification l'auteur se nomme Chris Thomas ... pas loin, pas loin, la prochaine fois peut être Rigole

    Au revoir

    Par Alban | jeudi 30 septembre, 10:46
  3. Je trouve dommage de ne pas utiliser le post-traitement. Dans beaucoup de situation, c'est inévitable (photographie à travers une vitre par exemple). De plus, il ne faut pas oublier que l'appareil posséde une sensibilité différente de notre oeil (les photos par temps de brouillard sont un vrai casse tête si on veut capturer le brouillard). Même l'afficheur pour la visée ne présente pas la même image que celle que nous aurons sur la photo prise. Sans compter tous problèmes apporter par l'affichage des écrans LCD. 

    Chouette photo de cet avion lunaire.

    Par Michey | jeudi 30 septembre, 10:52
  4. Vive Canon! J'aime bien déclencher des guerres ridicules....

    Par Michey | jeudi 30 septembre, 10:53

  5. De plus, il ne faut pas oublier que l'appareil posséde une sensibilité différente de notre oeil (les photos par temps de brouillard sont un vrai casse tête si on veut capturer le brouillard). Même l'afficheur pour la visée ne présente pas la même image que celle que nous aurons sur la photo prise. Sans compter tous problèmes apporter par l'affichage des écrans LCD. 


    Excellente idée que l'exemple du brouillard.

    Aurais-tu le temps d'un petit article pour exposer tes techniques de capture et de post-traitement pour le brouillard ? Sourire

    Par Alban | jeudi 30 septembre, 11:14
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié